Facebook

24 place des vosges - 75003 Paris - Tel : (+33)1 42 78 00 99 -

Puig

Téléchargez le CV Biographie Œuvres

On reste rêveur quand on pense que la photo fut un temps prise comme une rivale de la peinture, alors qu'elle en est devenue la compagne, l'amie et dans le cas de Magí Puig, l'instrument, le stimulant essentiels, le prétexte dont la peinture devient le texte. Car à l'évidence, Puig médiatise la réalité par des photos qui lui servent de plate-forme d'où il s'envole vers la peinture à l'état pur: il y fait le vide, ou presque, pour ensuite animer des détails cruciaux, si pleins de vie qu'ils la transmettent à tout le reste: reflets d'un corps sur l'eau, lumière brûlante sur le dos rond d'une mère, traces d'une moto sur le sable…

Ce musicien de la lumière prend le vide comme un grand silence sur fond duquel ses coups de pinceaux sont des notes stridentes, des trilles qui donnent les grincements de la vie.

Grâce à ces coups de pinceaux, d'une justesse parfois troublante, le vide devient actif, il n'est pas subi, il est voulu, appelé pour que surgissent en lui ces notes de vie. Vide pleinement assumé - dans l'air limpide, la mer étale, le sable immense, et sur ces murs de La Havane qui à eux seuls interprètent le désespoir de cette cité et le fait que persiste en elle la jouissance obstinée des humains.

C'est donc un grand peintre moderne qui sait, d'un coup - et toujours à coup sûr - donner du sens et de la présence. C'est pourquoi se pointe vers lui la question du dépassement: celle de l'acte contemporain qui franchirait les limites et donnerait non seulement la vie mais l'acte de la donner, à travers l'épreuve du chaos. Il a déjà un grand atout : son vide n'est pas "réaliste" et il n'est pas minimaliste, il serait plutôt maximal, dans la tension qu'il maintient entre le corps et l'absence.

Daniel Sibony - Psychanalyste et Ecrivain